L'ANIMAL DANS LES JEUX ET JOUETS DES ENFANTS TOUAREG

Publié le 16 Décembre 2014

  Jean-Pierre Rossie
Nordic Center for Research on Toys
and Educational Media
,
Halmstad University, Halmstad, Suède
jprossie@hotmail.com

 

Introduction

Un aspect fondamental de toute culture et de toute société est l'activité ludique, les jeux et les autres divertissements comme le chant, la danse, la musique, les contes et proverbes, etc. Cependant, cet héritage culturel, et en particulier les divertissements des enfants, est souvent oublié et négligé du moins par les adultes. Pourtant chaque enfant expérience le rôle que les jeux jouent dans son développement et son intégration dans la communauté.

Cet article, repris avec quelques modifications de la revue Tifawt (Meknès, 1996, n° 8), ne veut pas seulement décrire mais en même temps stimuler la reconnaissance, l'analyse et l'utilisation pédagogique de ce patrimoine en voie de disparition, et cela aussi bien avec respect pour la tradition que pour l'évolution. En outre, il serait très intéressant d'en savoir plus sur les jeux et jouets des enfants amazighs et sur l'attitude des communautés amazighes envers les jeux des enfants à travers une analyse directe mais aussi par l'étude des proverbes et dictons qui s'y réfèrent.

Dromadaire en pierre taillée, Touareg Kel Aïr
Figure 1. Dromadaire en pierre taillée, Touareg Kel Aïr

Mais voyons plutôt de quelle manière les enfants touareg ont intégré dans leurs jeux le monde des animaux, un monde qui leur est, ou du moins leur était, si familier. Avant d'en arriver là, il faut encore dire quelque chose du milieu où vivent ces enfants. Selon des chiffres récents, il y aurait environ 1,3 millions de Touareg, dont 750.000 au Niger, 400.000 au Mali, 60.000 en Algérie, Libye et Burkina Faso. Ces Touareg vivent sur un immense territoire s'étendant sur le Sahara et le Sahel. Le relief de ces régions varie entre 500 et plus de 2000 mètres d'altitude. Jusque dans les années trente, les Touareg menaient une vie nomade et étaient avant tout des éleveurs de dromadaires. Mais depuis les années cinquante, la vie traditionnelle des Touareg se perd de plus en plus.

Les jeux et jouets présentés ici appartiennent encore à ce monde traditionnel révolu. Mais cela ne veut nullement dire que ces jeux et jouets ont disparus. En plus, c'est à travers les jeux et jouets qu'assez bien de valeurs, de données et de comportements 'traditionnels' survivent aux changements imposés par la vie moderne.

Le dromadaire dans les jeux et jouets des enfants touareg

Le dromadaire, cet animal si bien adapté au désert, a tout naturellement frappé l'imagination des enfants sahariens. Il est donc normal que ce dromadaire se retrouve dans bon nombre de jeux des enfants touareg ainsi que parmi leurs jouets. Mais avant de faire des dromadaires-jouets ces enfants jouent déjà avec les chamelons.

Dromadaire en pierre taillée, Touareg Kel Aïr
Figure 2. Dromadaire en pierre taillée, Touareg Kel Aïr

Les petits bergers et aussi les petites bergères font des jouets qui représentent des dromadaires. Ils sont par exemple taillés dans une pierre plate, faits avec une mâchoire de chèvre ou de mouton, de l'argile, du matériel d'origine végétale (branchettes, feuilles, fibres), des morceaux d'étoffes. Comme on peut le voir sur les figures 1 et 2, ces pierres plates légèrement taillées semblent assez uniforme. Cependant, les enfants touareg donnent une signification spécifique à ces jouets suivant leur forme. Pour eux il s'agit bien d'un dromadaire mâle avec une profonde encoche au milieu de la base (fig. 1) ou d'une femelle enceinte reposant sur son gros ventre (fig. 2). Les petits dromadaires sont des pierre plus petites. À côté de ces dromadaires très schématisés il existe aussi des formes plus élaborées, comme le prouve la figure 3. Il fut taillé par un enfant touareg Kel Ajjer du Sahara algérien dans les années cinquante.

Cliquez pour agrandir
Figure 3. Dromadaire en pierre taillée, Touareg Kel Ajjer

Les bergers et les bergères touareg dressent leurs dromadaires en pierres taillées sur le sable et les mettent en ligne ou en cercle. Ils utilisent en plus le vocabulaire courant se référant à l'élevage de ces animaux. Le nom donné à ces jouets est "tifersîtin", singulier "tafersît" (Archier, 1953: 39; de Foucauld ,1951-1952: 358).

Les enfants touareg font aussi des dromadaires avec une mâchoire de chèvre ou de mouton. La figure 4 montre que cela peut donner lieu à la création d'un petit chef-d'œuvre fabriqué par un garçon de douze ans des Kel Ahaggar d'Idèles (Sahara algérien) dans les années trente. Il s'agit d'un dromadaire sellé, de 27 cm de haut, monté d'un méhariste ou d'un guerrier de 16 cm de haut. Chez les Touareg de cette région et ceux de Ghât en Libye, ces jouets étaient appelés "aknar". Pour les Touareg Kel Ajjer de Djanet en Algérie, le nom "amajor" a été avancé.

Cliquez pour agrandir
Figure 4. Dromadaire-jouet et poupée-méhariste, Touareg

Un autre modèle de dromadaires-jouets est fait avec une crotte de dromadaire dans laquelle des épines d'acacia sont piquées. Une épine double figure le cou et la tête, une épine simple les pattes ou la queue (Bellin, 1963: 99). Edmond Bernus montre une belle photo d'un jeune enfant touareg Kel Dinnik (Sahara malien) avec son dromadaire construit à l'aide de crottes de dromadaire et d'épines de tiboraq (1975: 174).

La figure 5 propose un type de dromadaires-jouets fait avec des matières végétales et des morceaux d'étoffe et de laine. Ce dromadaire fut recueilli en 1974 à Talat dans l'Aïr (Sahara du Niger). Les pattes sont des branchettes fixées dans un coussin servant de tronc. Le cou et la tête de l'animal sont en fibres de palmier torsadées ainsi que le méhariste. Ce méhariste est recouvert d'un vêtement en étoffe blanche. Il porte une coiffure noire avec floches de laine rouge et verte maintenues par une épingle double.

Cliquez pour agrandir
Figure 5. Dromadaire-jouet et poupée-méhariste, Touareg

Un dernier type de dromadaires-jouets présenté ici, est celui modelé en argile et séché au soleil. Le dromadaire à méhariste de la figure 6 (hauteur totale 14 cm) fut modelé par un enfant touareg Kel Ajjer du Sahara algérien et collectionné en 1934-1935 à Djanet.

Cliquez pour agrandir
Figure 6. Dromadaire-jouet et poupée-méhariste, Touareg

Le texte d'un auteur anonyme, "Vie des Touaregs. Enfance et Jeux", rédigé après 1945 mais avant 1960, donne des informations très intéressantes sur les Touareg Kel Ahaggar et Kel Ajjer du Sahara algérien. Selon cet auteur, l'armature en bois souple de l'acacia "est montée par les garçons, puis habillée de vieux chiffons par les petites filles qui recouvrent ensuite le tout d'un beau morceau de tissu blanc pour en faire une monture de chef. Parfois, lorsque la couture de ce petit chef-d'oeuvre s'avère trop délicate pour ces jeunes doigts inexpérimentés, on va demander l'aide d'une femme de la famille qui ne dédaigne pas d'aider à la confection du jouet. Tous les détails de l'animal sont scrupuleusement respectés : la tête est bien dessinée à l'aide de petits morceaux de bois minuscules, taillés et retaillés par l'artiste de la bande : yeux, oreilles, bouche, rien n'y manque, et la forme de la bosse est souvent très réussie; par contre, le chameau, vu de profil, n'a que deux pattes que l'on pique dans le sable pour le faire tenir debout. C'est encore un garçon qui, dans un morceau de bois tendre, tamaris de préférence, sculpte la selle, exacte réplique de la 'rahla tamzak', décorée au feu à l'aide de pointes d'aiguilles, puis fixée sur l'animal par une petite sangle, dont le travail, pompon compris, est semblable à celui du harnachement normal. Puis toute la petite troupe s'affaire à tailler dans des débris de peau : la bride, les dabias, l'areg et jusqu'à la cravache et au tapis de selle qui complètent l'équipement." Ces dromadaires montés d'une poupée méhariste en armature de bois joliment vêtue de chiffons, sont les personnages centraux des jeux. "Autour de cette figure principale, se monte le reste de la famille: la mère, enveloppée dans ses larges vêtements et dont les pieds de bois sont curieusement piqués dans une grosse boule d'argile qui, posée sur le sol permet de lui imprimer un curieux balancement censé représenter la marche; les enfants, de toutes tailles, puis les serviteurs noirs. Aux personnages viennent s'ajouter animaux et objets familiers du campement: chameaux de bât, chèvres, chiens, ânes, tapis, marmites, outres et jusqu'à la tente taillée dans un morceau de peau. Les santons terminés, tous les enfants jouent 'à la tribu'. Pendant que les garçons, avec le chef de famille monté sur son méhari blanc, les chameaux de bât chargés de sacs de sable, s'en vont au long des pistes tracées sur le sol, tournent autour des montagnes de cailloux et abreuvent leur convoi à des points d'eau imaginaires, parcourant ainsi des milliers de kilomètres sur une curieuse carte en relief où les proportions sont loin d'être respectées, les petites filles, restées au campement, montent la tente, envoient les nègres d'étoffe garder les chèvres d'argile, simulent une cuisine longue et savoureuse et finissent par faire un repas succulent avec trois dattes. Lorsque les garçons, après un long périple de cent mètres, reviennent au camp, tout ce petit monde simule les fêtes joyeuses qui accueillent les caravanes de retour du Soudan." (Folklore touareg. Fêtes et ludisme: 93-94).

Notes

Les jouets figurant dans cet article appartiennent à la collection de jouets sahariens et nord-africains du Département d'Afrique Blanche et du Proche Orient du Musée de l'Homme à Paris. Les clichés ont été faits par les photographes du Laboratoire de Photographie de ce Musée qui en détiennent les droits de reproduction. Reproduction interdite sans autorisation préalable.

Pour mes publications sur les jeux et jouets des enfants sahariens et nord-africains, parlant en grande partie d'enfants amazighs, voir le site Web du Nordic Center for Research on Toys and Educational Media :http://www.hh.se/dep/ncflweb/Publications.html

Liste des figures

  1. Dromadaire en pierre taillée, Touareg Kel Aïr, Collection du Musée de l'Homme, n°: 71.39.5.3, 1971, cliché Laboratoire de Photographie du Musée de l'Homme.
  2. Dromadaire en pierre taillée, Touareg Kel Aïr, Collection du Musée de l'Homme, n°: 71.39.5.27, 1971, cliché Laboratoire de Photographie du Musée de l'Homme.
  3. Dromadaire en pierre taillée, Touareg Kel Ajjer, Collection du Musée de l'Homme, n° 62.128.4, 1959, cliché Laboratoire de Photographie du Musée de l'Homme.
  4. Dromadaire-jouet et poupée-méhariste, Touareg, Collection du Musée de l’Homme n° 41.19.113, cliché D. Ponsard.
  5. Dromadaire-jouet et poupée-méhariste, Touareg, Collection du Musée de l’Homme n° 74.107.6, cliché M. Delapanche.
  6. Dromadaire-jouet et poupée-méhariste, Touareg, Collection du Musée de l’Homme n° 37.21.104.1/2, cliché M. Delaplanche.

Bibliographie

  • ARCHIER L. (capitaine), 1953, "Note sur les chameaux-jouets", in Bulletin de Liaison Saharienne, Alger, tome IV, n° 15, p. 38-39 .
  • BELLIN P., 1963, "L'enfant saharien à travers ses jeux", in Journal de la Société des Africanistes, Paris, tome XXXIII, fasc. 1, p. 47-103.
  • BERNUS Edmond, 1975, "Jeu et élevage. Vocabulaire d'élevage utilisé dans un jeu de quadrillage par les Touareg (Iullemmeden Kel Dinnik)", in Journal d'Agriculture Tropicale et de Botanique Appliquée, Paris, Tome XXII, n° 4-5-6, avril-mai-juin, p. 167-176, ill.
  • de FOUCAULD Charles (père), 1951-1952, Dictionnaire touareg-français. Dialecte de l'Ahaggar, Imprimerie Nationale, Paris, 4 vol., 2028 p., ill.
  • "FOLKLORE TOUAREG. FÊTES ET LUDISME", anonyme, in Études et Documents Berbères, n° 1, La Boîte à Documents, Paris, p. 86-99, ill.
  • "VIE DES TOUAREGS. ENFANCE ET JEUX", anonyme, 1987, in Études et Documents Berbères, n° 2, La Boîte à Documents, Edisud, Aix-en-Provence, p. 91-98.

Rédigé par Guerri

Publié dans #LA CULTURE BERBERE

Commenter cet article