Quelques argots kabyles (19ème siècle)

Les Kabyles, peuple voyageur par excellence, ont souvent besoin de se communiquer leur pensée sans risquer d’être compris par les étrangers au milieu desquels ils se trouvent. Cette nécessité a donné naissance parmi eux à un certain nombre de langages de convention ou ergots. Chaque profession a le sien. Pour donner une idée de ces créations bizarres, nous indiquerons quelques mots de chacune des principales.

 

Quelques argots kabyles (19ème siècle)  dans Littérature 140910015700375820

Marchand Ambulant – 1880 . © Jean Geiser 

 

L’argot des colporteurs (iâttaren) des lgaouaouen se nomme ‘thîn-en—ner’, «la nôtre». ‘Ekhdem thîn—en—ner’, «travailler» ou «faire la nôtre ». veut dire : parler cet argot. 

En voici quelques locutions :

 

Français   >> Kabyle   >>   Argot

 

Un homme. . . . . Ergaz . . . . . . . . . . . . . Afous : bourin (une poignée d’alfa)

Une femme. . . . Thamet’t’outh . . . . . . . . . Thinezet‘ (petitfil, poil follet); thafetousth (petite main, menotte).

Couscous . . . . . . Seksou . . . . . . . . . . . . . Hammich (nom propre d’homme).

Pain . . . . . . . . . Ar’eroum . . . . . . . . . . . Ali Nath Ali (idem).

Eau . . . . . . . . . Amen . . . . . . . . . . . . . Thimousaï.

Figues . . . . . . . Tazart . . . . . . . . . . . . . Mohand ou Mâmar (nom propre).

Viande fraîche. . Aksoum azîgzaou. . . . . Arab ou Saâd (nom propre).

Viande sèche. . . Aksoum akouran . . . . . . Abmed ou MellouI.

Froment . . . . . . Irden . . . . . . . . . . . . . . Lekherachich (nom de tribu).

Orge . . . . . . . . . Thimzin . . . . . . . . . . . . Boujelil (nom de village).

Voler . . . . . . . . Aker . . . . . . . . . . . . . . Ekhdem Saâdi (faire Saâdi).

Fuir . . . . . . . . . Erouel . . . . . . . . . . . . . Ekhdem Kassi (faire Kassi).

La mort . . . . . . . Elmouth . . . . . . . . . . . Thagounsa.

Tuer . . . . . . . . . Eur. . . . . . . . . . . . . . . Ekhdem thagouusa.

Le rire . . . . . . .Thadhesa . . . . . . . . . . . Thin bouglan (celle des dents).

Dormir . . . . . . . Et’t’es . . . . . . . . . , . . . ltsberrik thit (l’œil devient noir).

Chercher . . . . . . Nadi . . . . . . . . . . . . . . Ekhdem eI-bourak (travailler l’éclair).

Se séparer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ekhdem ath Ouendelous (faire comme les fils de l’Andalous).

Marcher la nuit. ..Esri . . . . . . . . . . . . . . Ekhdem aouthoul (faire le lièvre).

Argent . . . . . . . . Idrimen . . . . . . . . . . . . Ihammouthen (nom d’un village).

Réal . . . . . . . . . ThariaIt . . . . . . . . . . . . Thakboubechi (nom d’une famille).

1/4 de réal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . …..Anazoum (jeune homme qui commence à jeûner).

Un franc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ichcher ( un ongle).

Mensonge . . . . . Lekedeb . . . . . . . . . . . . Ifthisen (alluvions).

Silence !.. . . . . . Sousem . . . . . . . . . . . . . Thar’ezouth (bord d’une rivière).

Mulet . . . . . . . . Aserdoun . . . . . . . . . . . Mehath Kassi (nom d’homme ).

Chien . . . . . . . . Ak’joun, aïdi . . . . . . . . El Mokhtar (idem).

Parle kabyle !. . . Emeslaï s eth kebaïlith !,. Ekhdem thin en Muh aït Cherkith! (fais celle de Mohammed-n-Aït Cherkith!).

 

siMohand2 dans Littérature populaire

 Le poète Kabyle Si Mohand ou Mhand 

 

Les poètes chanteurs (feçaha) donnent à leur argot le nom de Tasadit (félicité). En voici quelques mots :

 

Un homme . . . . Ergaz . . . . . . . . . . . . . Aguiou (nom du léopard).

Une femme. . . . Thamet’t'outh . . . . . . . . Guezala (gazelle).

Enfant. . . . . . . Akchich . . . . . . . . . . . . Abezouich (petit moineau).

Vieillard . . . . . . Amr’ar . . . . . . . . . . . . Akermam (le décharné).

Honnête homme. Ergaz d’el Aâli . . . . . . . Azegmi.

Un coquin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Amkhair.

Un Arabe . . . . . Aärab . . . . . . . . . . . . . Adjerlat (qui ne comprend rien).

Un chrétien. . . . Roumi . . . . . . . . . . . . . Ameksouh (homme au cœur dur).

Juifs ……….. ..Oud’ain . . . . . . . . . . . . Douadem (qui sont toujours asservis).

La bouche.. . .. .Imi. . . . . . . . . . . . . …. El-meukeb (le taillant).

L’œil . . . . . . . . . Thit‘ . . . . . . . . . . . . . . Thaazwrt (le viseur).

Argent . . . . . . . . Idrimen . . . . . . . . . . . . Imh’aniin (qui adoucissent le cœur).

Bourse . . …. . .. ‘I’hazdamt . . . . . . . . . .. ‘I’habelimth.

Marabouts. . . . . Imrabdhen . . . . . . . . . . Iroubas.

La mort . . . . . . EI-mouth . . . . . . . . . . . Moukhi.

Égorgement. . . . Thimezlîouth . . . . . . . . . Achendikh.

Maison . . . . . . . Akhkham . . . . . . . . . .. Amakoun.

Manger . . . . . .. Etch . . . . . . . . . . . . . .. ‘I’hegoun.

Venir . . . . . . .. As . . . . . . . . . . . . . . .. FertheI

Il est venu à ma maison . . . . .Iousa d s akhkham iou……..Iferthel ed s amakoun nesraï.

 

Les étudiants quêteurs, en leur qualité de lettrés, ont imaginé un système plus compliqué et plus méthodique, mais qui est peu commode et ne permet pas d’émettre rapidement la pensée. Ils ont donné des noms de convention aux lettres de I ‘alphabet arabe, et lorsqu’ils veulent énoncer un mot, ils nomment successivement chacune des lettres qui le composent.

 

Voici ces noms:

 

أAmalou bennia.

ب  Bab el-Moudjas.

ت  Tsalif.

ثThaouab Allah.

جDja radjouiani.

حH’alim el-Hokmi.

خ Khalil Allah.

د  Dal1l el-K oum.

ذ  D al eI-lchara.

ر  Rouhnats el-Menam. 

ز  Ziarat el-Meurdha.

طT’arik el-Adeli.

ظ Dharoura.

ك  Kaf el-Icharn.

ل  Lemnoudji.

م  Mim el-Djamaâ.

ن  Nour Allah.

ص  Çar ma çar.

ض  Lidhamir.

ع   Aïbika fi Saterouh.

غ  Rhaïats Allah.

ف  Fehamouki.

ق K’abkousini.

س  Sif es-Soltan.

ش  Chaour ma chitsa.

ه    Houa Allah.

و   Ouaou lil Atef.

ي   Ya ounida.

 

 

Pour énoncer le nom de Mohammed, on dira donc, dans ce langage:

«Mim el-djemâi, h’alim el-hokmi, mim el-djemâi, dalil eI-k’oum.»

 

 

 Source: La Kabylie et les coutumes kabyles, Volume 1

Par: Adolphe Hanoteau, Aristide Letourneux

Rédigé par Guerri

Publié dans #LA CULTURE BERBERE